Un blog en 6 pièces

If not now, when? – Incubus

In Près des enceintes, Vlameth Brevada on 21 juillet 2011 at 19:32

Mais quelle bande de ballerines...

par Vlameth Brevada

« Moi, fan d’Incubus? Ah non, non, non, pas du tout. Pas du tout. Et puis t’as vu la pochette? De la musique de ballerines, c’est tout! » Pfff…..

Les années 2010 seront donc le temps de la remise en cause de tous mes goûts musicaux. Les groupes de ma life ont-ils tous tourné musique de pucelle depuis 1 an? Ou bien suis-je juste en train de réaliser que pendant 26 ans, mes goûts ont été ceux d’une fillette à gros boutons? Ca a commencé avec Razorlight. Super premier album, les Clash en plus modernes. Et puis bingo, le mec prend la grosse tête et se met à chanter plus fort qu’Andrea Bocelli, sur des instrus dignes d’une demo d’un clavier Yamaha. Ensuite, cette année, les Cold war kids débarquent avec leur nouvelle musique de stade, des « Ooooooooooh Ouhooooooooooo » toutes les 20 secondes. Puis, côté France (enfin, Yvelines), Deportivo a fait produire son disque par Gaëtan Roussel. Losers. Enfin, les Arctic Monkeys ont officiellement renoncé à être le meilleur groupe de rock du monde depuis qu’ils s’orientent vers une carrière à la Keane.
Et là, la semaine dernière, pompon sur le gâteau, v’là Incubus. Putain les mecs, 5 ans pour chier un album, c’est la good life. Pour vous mettre dans l’ambiance, j’avais quand même bougé mon derche jusqu’au Portugal pour les voir en concert en 2001. Aujourd’hui, l’excuse sera: « Oui, mais il y avait Korn aussi ce jour-là. » Parce qu’en écoutant « If not now, when? » je n’assume plus mon fanship adulescent. J’ai d’ailleurs lu que les morceaux d’Incubus resssemblaient à ce qu’écouterait un fan de Korn en retraite à Calcutta.(http://www.nme.com/reviews/incubus/5741). Bon, c’est un peu n’importe quoi, vu la grosse balle qu’ont été les albums Morning view ou S.C.I.E.N.C.E. Bah ouais, je vais pas non plus tout foutre en l’air comme ça. Mais concernant le dernier album, c’est assez juste. Même si franchement, Korn aujourd’hui, c’est ce qu’écouteront les fans de Tokyo Hotel dans 20 ans. 

Concernant l’album en lui-même, c’est donc un ensemble de chansons mollassones, mêmes pas bonnes à faire chialer un biker. Je dois dire que l’espèce de site web qu’ils ont foutu en ligne en teaser m’avait déjà bien foutu les jetons: extraits de morceaux pourris, extraits live encore pires. Il faudra un jour m’expliquer qui espère encore que ce genre d’initiatives intéresse quelqu’un d’autre que les membres de la famille du groupe. Mais bon, j’y croyais encore, à l’époque… Je pourrais vous détailler l’album track by track. Encore faudrait-il que j’aie la force de l’écouter une fois de plus. Non, c’est trop dur. Et puis, j’ai pas le temps, il faut que j’aille m’acheter de la testostérone pour cet été, et m’entraîner sur un air de « Aaaaare youuuu readyyyy? »


Pour les kamikazes, le lien Spotify : Incubus – If Not Now, When? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :