Un blog en 6 pièces

Ce qu’on ne m’avait pas dit sur Paris…

In La chambre d'amis, Vlameth Brevada on 31 octobre 2011 at 15:09

par Vlameth Brevada

Aaah Paris… « La ville lumière où tout est permis », disait Tonton David. Pour un banlieusard de mon espèce, venir habiter la capitale revenait à rendre infini le champ des possibles d’une existence humaine. Mais 3 ans après, je découvre amèrement que certains secrets ne m’avaient pas été révélés. Et je me transforme le temps d’un article en locataire de la chambre d’amis, comme si le suburbain hors-périph qui vit en moi venait rendre visite à ses potes parisiens et leur dire leurs 4 vérités. Je vous les livre d’ailleurs sous forme de liste, parce que c’est grand week-end pour tout le monde, alors vous m’épargnerez les transitions…

– Ouvrir ma fenêtre revient à entrer sans frapper dans la chambre de mes voisins, et à partager leur quotidien merdique. « Chérie, je trouve plus les sacs à aspirateur. »

– Ouvrir ma fenêtre après 23h revient à réaliser que tout le monde se branle royalement de mon droit à regarder Star wars pour la 200ème fois, sans que les Zzzz des sabro-lasers soient recouverts par des ouin, des boum boum, des putain ta gueule sors de chez moi. En tout cas, c’est le dernier des soucis du trash-métalleux qui n’a l’air de trouver son swing harcore et sa disto qu’à la nuit tombée.

– A Paris, on apprend plus vite qu’ailleurs à manier le sens des intonations et des émotions liées au langage. Quand on demande poliment à quelqu’un de fermer sa fenêtre, on est en droit d’attendre qu’il comprenne que ce qui lui est demandé est de fermer sa fenêtre. Ce qu’il fait, normalement. Mais ici, si on demande gentiment quelque chose, cela révèle que le point de non-retour n’est pas encore atteint, et qu’il reste donc une certaine marge avant de devoir irrémédiablement se soumettre au souhait de l’intéressé. C’est vrai, si votre voisin vient vous demander à 3h du mat’ de fermer votre fenêtre parce que c’est pas que j’aime pas les Daft Punk mais Harder, better, faster, stronger 12 fois de suite, c’est pénible, et s’il vous dit ça avec le sourire et en enrobant sa requête de formules de politesse mielleuses, c’est qu’il doit pas être si exaspéré que ça. On va plutôt la remettre une 13ème fois. Et s’il revient, alors là, peut-être que…

– Du coup, cette exposition permanente à la jungle urbaine me force à revoir tous mes goûts musicaux. Quelle sera ma crédibilité sociale une fois que tout le quartier saura que je me cale de temps en temps un petit Lionel Richie…

– Contrairement aux gentils films français où les gentils voisins ont toujours de gentilles attentions, impossible de se tourner vers eux en cas de panne de beurre, de lait, d’oeufs, etc… A moins de savoir dire « Auriez-vous du beurre? » en kurde ou en vietnamien.

– On se retrouve plus vite que l’on ne croit en plein délit de non-assistance à personne en danger. Est-ce parce que j’entends la voisine du dessous demander à son fils de 3 ans de « finir ton assiette sinon je te fais manger ton caca », que je dois nécessairement intervenir? Faut-il que je me sente citoyennement concerné quand j’entends une série de « viens là, viens là, tu vas voir » proférée à 220 décibels, et que j’assiste bien malgré moi à cette course-poursuit à travers ma vitre? Au cas où la police viendrait me poser 2-3 questions, j’ai pris l’habitude de laisser traîner des écouteurs dans toutes les pièces, de les mettre bien en évidence, et de ne ja-mais nettoyer mes vitres. « Des bruits suspects, vous dites…? Ah non, vous voyez, j’ai toujours un casque sur les oreilles… Et puis avec cette poussière, impossible de voir ce qui se passe en face… » Dieu, épargne-moi.

– Vivre à Paris propose une autre approche de l’équilibre. Si tu croyais qu’un appartement ne pouvait être construit QUE sur une surface plane, tu te trompes lourdement. Comment construire des lignes de métro dans tous les sens sans creuser un peu n’importe comment et affesser les sols, hein? J’en tiens pour preuve cette conversation récente: « Heu, Roi des ânes (enfin… on s’appelle pas vraiment comme ça hein…), tu pourrais prendre l’habitude de fermer la porte coulissante de ton armoire pleine de slips? – Bah quoi, je l’ai fermée. – Tu te fous de ma gueule? C’est peut-être l’attraction terrestre qui l’a faite s’ouvrir toute seule?…. Ah…. Ah bah oui, tiens, c’est ça. » Note pour plus tard: ne plus cacher mes DVD live des Foo Fighters dans cette armoire.


– Ici, chaque locataire participe à l’effort de développement de l’électricité nationale. Fuck le nucléaire, on est engagés à Paris! Car à moins d’habiter au 6ème étage exposé plein sud sans vis-à-vis , pas la peine d’espérer avoir une once de lumière dans son salon sans une ampoule 100W. Ah si, au mois de juin, entre 13h et 14h, on peut lire sans allumer la lumière. La grande vie.

– La vie de quartier… les commerçants… ça me faisait rêver tout ça… « Ah, mais c’est notre client préféré! Alors comme d’habitude? 2 kilos de pommes de terre et une demi-carotte? » Le Truman show, quoi… Et bah, rien du tout!Il y a tellement de monde dans ce putain de quartier que tu peux venir 3 fois par jour acheter des fraises Tagada chez le boulanger, sans pour autant qu’il se souvienne de toi. Parfois, j’ai quand même l’impression de susciter une levée de sourcils, une esquisse de sourire, un « Ah… » plein de bonne volonté, mais de retour chez moi, je découvre aussitôt la vraie raison de cet intérêt soudain pour ma personne insignifiante: un morceau de pain coincé entre les dents ou un filet de morve paisiblement installé dans les poils de ma moustache naissante.

Ceci étant, on est quand même pas mal dans cette ville de merde. Et de toute façon, tant qu’il y aura des steaks tartare dans les bistros et un kebab à chaque coin de rue…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :