Un blog en 6 pièces

Sommes-nous tous des punks à chien?

In Le salon, Vlameth Brevada on 5 décembre 2011 at 17:39

par Vlameth Brevada

La semaine dernière, Didier Super passait à la Bellevilloise, pour présenter sa comédie musicale « Et si Didier Super était la réincarnation du Christ? » Comme il a une fâcheuse tendance à me faire rire assez grassement, j’y suis allé. Et vu le public monochrome à manteau kaki que j’y ai croisé, une question s’impose à moi: suis-je, moi aussi, un punk à chien?

D’abord laissez-moi vous dire que je n’ai, d’aspect extérieur, rien du punk à chien: pas ce fameux manteau kaki, pas de sweat à capuche noir trop grand et plein de tâches, pas de 8-6 greffée à la main, je n’ai pas non plus cette dreadlock exhibée sur un crâne rasé, seule résistante de la grande époque Sinsemilia. Et enfin, je n’ai même pas de chien. Autant dire que la comparaison n’a, à priori, même pas lieu d’être. Pourtant, en entrant à la Bellevilloise jeudi dernier, j’ai bien eu l’impression d’appartenir, d’une manière ou d’une autre, à cette frange insolite et franchement sympathique de la population. J’étais encerclé, quoi. On se serait cru à une after des Vieilles Charrues. Oui, car le punk à chien a souvent des origines bretonnes. Ou croit en tout cas en l’idéal de la vie bretonne fondée sur les galettes au sarrasin, la weed et les fest-noz.

Dans la queue d’abord, je tends l’oreille vers un jeune skateur d’à peine 35 ans, qui demande autour de lui: « C’est bien là, la queue pour ce blaireau de Didier Super? » Ah bah oui, quand on est un peu rebelle, on est tous du même monde, d’où cette étrange familiarité avec la superstar du soir. Le gars a du écouter son album 3 fois, et c’est suffisant pour parler de lui comme d’un vieux pote. « Ah bah ça, avec Didier -il l’appelle par son prénom, évidemment- il faut pas être trop sensible, hein. Oh bah ouais, il insulte le public, et tout, il s’en branle, c’est trop fort! » J’essuie le postillon au goût de houblon qui arrive délicatement sur ma joue, puis tourne la tête de l’autre côté, vers un couple kaki, arborant fièrement les cernes de 3 mètres de long typiques de nos amis les toxicomanes. Mais là, je sursaute: l’un d’eux tient dans sa main un iPhone. Heu-reu-se-ment, sa meuf le remet à sa place « Hé mais qu’est-ce que c’est que ça? T’as ça, toi maintenant? » Sous-entendu « t’es le genre de personne qui se met à genoux devant la société de consommation, toi, maintenant? » « Hein, mais non, c’est à mon frère, le mien marche plus alors il me l’a prêté pour la soirée. » Ouf, j’ai bien cru que le mythe du ke-pon était en train de s’effronder sous mes yeux. En tout cas, ce que je remarque, c’est que tous ces gens ont en permanence un mega-smile sur la face. Le punk à chien serait donc -malgré la médiocrité de sa condition sociale- un être heureux. Même sans son chien, parce que c’est interdit dans les concerts, faut pas déconner non plus.

Une fois dans la salle, on retrouve sur le décor de la scène tout l’esprit punk à chien: une médiocrité revendiquée, des décors en carton aux bancs qui font mal au cul, en passant par des costumes achetés à l’arrière d’un magasin « Tout à 1€ » de l’avenue de St Ouen. Ainsi, pPlus le spectacle avance, et plus je comprends le lien évident entre Didier Super et ce public. Or, il se trouve que je me suis marré tout le long de la soirée, et que j’ai effectivement trouvé en les dénonciations primaires, vulgaires mais toujours en rimes de Didier -c’est mon pote aussi, maintenant-, un certain écho à la haine qui m’anime depuis quelques temps face à l’inconsistance passagère qui caractérise le soi-disant sens que l’on donne à la vie humaine. Le meilleur moyen de faire sortir l’indignation n’est-il pas de la clamer haut et fort, bêtement, spontanément, sans (trop) y réfléchir, et sans chercher à disserter trois plombes sur le pourquoi du comment de la crise, de l’affaire DSK, de la défaite du PSG? Super nous fait par exemple un couplet sur la finance: des fumiers gardent tout leur pognon pendant que d’autres crèvent de faim. Et bah effectivement, c’est pas vraiment argumenté, et c’est peut-être un peu juste our passer l’oral de Science-Po, mais peut-être se doit-on aujourd’hui de ne pas aller plus loin, car ça ne doit pas non plus être complètement faux, et ça a le mérite de trouver un coupable assez juste. S’arrêter à la surface des choses sans essayer de creuser un peu, c’est justement le créneau des punks à chien et c’est cette spontanéité qui leur permet de souvent viser juste lorsqu’il s’agit de trouver des cibles sur qui se lâcher. En témoigne Manu, qui à la question de Didier Super à son public « Si vous deviez taper sur quelqu’un, qui ce serait? » a répondu sans sourciller un retentissant « Le Peeeeen!! », pendant que le reste de l’auditoire cherchait un nom savant, un truc intelligent à dire, sans trouver pour autant.  Alors qu’en fait, il a raison Manu, on ferait mieux de commencer par Le Pen, même si ça parait trop évident. D’ailleurs, tout cela me fait réaliser que notre rubrique du 6-coups , où il s’agit de taper spontanément sur qui le mérite sans aucune raison objective, n’est autre qu’un manifeste punk à chien. Et on peut en être fiers.

Alors oui, je dois être un peu ke-pon de temps en temps. Et j’en profite pour annoncer à Stéphane Hessel que lui aussi a certainement un ou deux piercings cachés au fond de son esprit. Son slogan « Indignez-vous! », prônant la légitimité de la prise de parole supervénère, même venant de qui n’a pas de background universitaire ou d’information particulière à faire passer, reflète exactement l’idéologie des manteaux kakis. Alors je ne sais pas si Didier Super est la réincarnation du Christ, mais ce qui est sûr, c’est qu’il est le Saint Patron de l’Indignation et des Punks, et que Stéphane Hessel se réincarnera un jour -pas si lointain…- en berger allemand.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :