Un blog en 6 pièces

Posts Tagged ‘ballon d’or’

Les oubliés du Ballon d’Or

In Le salon, Pietro Della Rocca on 3 novembre 2011 at 17:13

par Pietro Della Rocca

Le 1er novembre dernier, la FIFA et France Football dévoilaient la liste des 23 joueurs en lice pour le Ballon d’Or, parmi lesquels sera désigné le meilleur joueur de football du monde pour l’année 2011. Alors que l’insoutenable suspense prendra fin le 9 janvier prochain, l’Appartement a tenu à rendre hommage à dix joueurs d’exception qui eux aussi auraient largement mérité de figurer parmi les nominés. Revue d’effectif.

Mario Balotelli (Italie / Manchester City) : parfois désinvolte sur le terrain, souvent arrogant, mais toujours génial, Super Mario est un entertainer hors pair. Faisant le bonheur des tabloïds depuis son arrivée à Manchester, le Citizen s’est récemment démerdé pour foutre le feu à son appartement en lançant des feux d’artifice avec ses amis. Un génie, on vous dit.

Antonio Cassano (Italie / AC Milan) : depuis dimanche, le monde du football retient son souffle. Victime d’un malaise dans la nuit de samedi à dimanche, le fantasque attaquant italien souffrirait d’un problème cardiaque ayant entraîné une déficience cérébrale à base ischémique, et sera opéré du coeur dans les prochaines jours. La tumeur d’Abidal a été nominée dans les 23, alors pourquoi pas faire une place pour Fantantonio ?

Cassano et son slip

Ryan Giggs (Pays de Galles / Manchester United) : dernière figure du Manchester historique depuis la retraite du rouquin Paul Scholes, Giggs compte près de 900 matchs officiels sous le maillot des Red Devils. Esthète, buteur, passeur, l’immense Gallois aurait largement mérité un Ballon d’Or pour l’ensemble de son oeuvre. Au lieu de ça, le soldat Ryan a préféré baiser la femme de son frère et déclencher un énorme scandale comme on les aime en Angleterre, mais comme on les aime pas du tout à la FIFA. Putain de puritanisme…

Zlatan Ibrahimovic (Suède / AC Milan) : début octobre, Zlatan lâche une bombe en conférence de presse. Il en marre du foot. Il s’est lassé de cette routine, de la succession des entraînements et des matches. Panique chez tous les amoureux du jeu et des sorties de route médiatiques : le melon scandinave va-t-il vraiment nous abandonner ? Pour ma part, je lui aurait donné le Ballon d’Or, juste histoire de le remotiver pour trois ans.

Zlatan en pleine séance d'air blow job

Manuel Neuer (Allemagne / Bayern Munich) : en avril dernier, alors portier de Schalke 04, il dégoûte tous les attaquants de Manchester United en demi-finale de Ligue des Champions en enchaînant les parades venues d’une autre planète. Au point de s’attirer les louanges de Sir Alex Ferguson himself. Aujourd’hui, Iker Casillas est le seul gardien présent sur la liste des 23. Oui, on peut dire que c’est du vol.

Javier Pastore (Argentine / Paris Saint-Germain) : putain, le PSG a quand même pas lâché 42 millions d’euros pour un mec qui fait même pas parti des 23 meilleurs joueurs du monde ?

Képler Laveran Lima Ferreira, dit Pepe (Portugal / Real Madrid) : boucher en chef de la Maison Blanche, Mozart du tacle à la gorge, Pepe n’hésite jamais à se nettoyer les crampons sur le visage de ses adversaires. Flippant, voire dangereux, cet homme aurait dû être radié à vie des terrains de football, et ce à plusieurs reprises. Le fait qu’il gambade toujours librement dans les stades européens est un exploit qui mérite d’être récompensé.

Carles Puyol (Espagne / FC Barcelone) : on trouve cette année parmi les 23 nominés pour le Ballon d’Or sept joueurs de la sélection espagnole, et sept représentants du FC Barcelone. Autant dire qu’être un cadre de la Roja, un cadre du Barça, et ne pas figurer dans la liste, c’est un peu la teuhon. Bienvenue dans le monde de Carles Puyol.

Jango Edwards déguisé en Carles Puyol

John Terry (Angleterre / Chelsea FC) : grosse saison pour le capitaine des Blues. Après le scandale sexuel (qui devient un classique chez les footballeurs britanniques), Terry s’est fait gauler en train de se faire payer pour faire visiter le centre d’entraînement de Chelsea, a vu son père plonger pour trafic de cocaïne, et est accusé d’avoir proféré des injures racistes à l’encontre d’Anton Ferdinand. Malheureusement, Johnny n’a toujours pas réglé son problème capillaire, ce qui lui coûte certainement sa place parmi les 23.

Tony Vairelles (France / FC Fleury-Mérogis) : en dépit de ses 38 ans, la nuque longue la plus célèbre de l’Hexagone reste un attaquant d’exception. Sniper d’élite, Tony Soprano n’hésite pas à faire le sale boulot lui-même. Toujours utile pour un collectif. Ils font du hérisson à la cantoche de la Santé ?

Pour retrouver les 23 veinards sélectionnés par la Fifa, c’est par là.