Un blog en 6 pièces

Posts Tagged ‘ministre justice’

Metallica… et justice pour tous

In Près des enceintes, Vlameth Brevada on 17 mai 2012 at 22:42

par Vlameth Brevada

Christiane Taubira? Pffff…. Je vais vous dire qui on aurait du balancer à la Justice: Metallica. Ils nous ont prouvé ce samedi au Stade de France qu’ils avaient la carrure d’un garde des Sceaux. Et puis de toute façon, il semble qu’on puisse nommer à peu près n’importe qui à ce poste, puisque même Rachida Dati l’a occupé, alors…

1. Metallica milite pour l’égalité des chances

Grands seigneurs, les métalleux avaient invité The Kills en première partie. A priori, rien à voir entre les 2 groupes… D’ailleurs, autour du Stade avant le concert, on pouvait entendre un peu partout des « Mais c’est quoi The Kills? » et autres « Vas-y mais d’où ils nous mettent cette grosse daube en 1ère partie? ». Et bien la réponse est simple: Metallica a le sens du partage, et ose donner sa chance au duo trendy malgré les conditions improbables. Bon, au final, on a eu droit à une fosse de 20 000 doigts d’honneur pendant tout le set, mais l’intention était là. Merci Metallica.

(Allez quand même jeter un coup d’oeil aux commentaires des videos de The Kills, vous verrez que les gros métalleux sont pleins d’humour. Sacrés eux, va!)

2. Metallica respecte ses engagements

Le pitch de la tournée 2012 est simple: « Les mecs, pour les 20 ans de sa sortie, on va vous jouer le Black Album en in-té-gra-li-té. » Pour les incultes, le Black Album est le disque le plus connu de Metallica, et celui qui les a fait accéder au grand public. En gros, le Black album est à Metallica ce que Somewhere over the rainbow est à Israel Kamakawiwo’ole (tu sais bien, le gros hawaïïen au ukulele): le tube qui révèle un artiste aux yeux du monde entier après 10 ans de carrière underground (enfin presque underground, quoi…)

Franchement, je me disais qu’ils allaient chantonner vite fait un refrain par-ci, un couplet par-là, et vlan, en 20 minutes, on t’expédie l’album et on passe à Master of Puppets et compagnie. Et bah rien du tout: ils ont tout joué. Tout. Dans le sens inverse de l’album, certes, mais tout quand même. Metallica, la confiance avant tout.

3. Des lois claires et sans détours

La mission du Ministère de la Justice: « la définition et la mise en œuvre des grandes orientations de la politique en matière de justice ». Or, on se plaint tout le temps de la lourdeur des textes de loi, et on a bien raison, parce qu’en général, ils sont complètement imbitables. Bon, et bah au moins, avec Metallica, pas de détours de 20 km pour exprimer une idée, leurs propositions sont limpides: « Seek and Destroy« , « Fight fire with fire« , « Jump in the fire« , « Shoot me again« . Avec des punchlines pareilles, les secrétaires d’Etat devraient arrêter de s’astiquer derrière leurs bureaux Louix XV et se remuer un peu. Metallica, l’action avant tout.

4. Metallica prend en charge les jeunes délinquants

On ne va pas se mentir: le fan de Metallica a tout du jeune-délinquant-pas-gentil: crâne rasé, haleine de bière, veste en cuir trop grande, etc… Et que fait un crâne rasé pour se distraire d’habitude? Il casse des motos ou il écrase des bouteilles de Bud sur la tête de son voisin. Pas cool, quoi. Et bien avec Metallica, la solution est toute trouvée: une fois réunis au Stade de France, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir leur donner à ces grands gaillards pour les amuser un peu? Et bah des ballons! Plein de gros ballons jetés dans la foule (à 2’00 »), et les bad boys sont comme des gamins. La prise en charge des jeunes délinquants, c’est aussi le job de la Justice. Metallica, youth is beautiful.

Publicités