Un blog en 6 pièces

Posts Tagged ‘nadine morano’

Morano future

In Le salon, Pietro Della Rocca on 9 janvier 2012 at 16:06

par Pietro Della Rocca

Nadine Morano l’a décidé : en 2012, c’est elle qui régale. Pas un jour ne se passe en effet sans que la Bonemine 2.0 n’offre à la France une pépite lâchée à la télé ou à la radio. Une question peut donc légitimement tarauder le citoyen lambda, perplexe devant un tel déferlement d’inepties : pourquoi personne dans son camp politique n’empêche Nadine d’aller dire quotidiennement de la merde devant des millions de gens ? Tentative(s) d’explication.

Hypothèse #1 : personne à l’UMP ne s’est rendu compte que Morano était une bouffonne

Le 5 janvier dernier, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, Nadine Morano raconte n’importe quoi sur le taux de TVA en Allemagne, ne laissant plus aucun doute (si toutefois il en subsistait) sur son abyssale incompétence. On pourrait s’attendre à ce qu’un important parti politique, au pouvoir depuis de nombreuses années, tente de museler ses éléments les plus inconsistants risquant de jeter le discrédit sur toute l’organisation. Pas à l’UMP, où Nadine continue d’aller dire n’importe quoi sur tous les plateaux du pays, trop heureux d’accueillir un personnage qui à coup sûr va sortir une énorme connerie, assurant ainsi la promotion de l’émission. Aucun cadre du parti ne s’est-il donc aperçu de la vacuité de la ministre ? Quoi qu’on puisse penser de l’UMP, l’hypothèse semble assez improbable. Quoique, on parle quand même d’une organisation qui a confié le destin de ses jeunes à un intellectuel du calibre de Benjamin Lancar.

Content Benji

Hypothèse #2 : Morano parle à la France d’en-bas

Selon un récent sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, seul 13% de l’électorat ouvrier envisage de donner son vote à Nicolas Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 (contre 34% à François Hollande et 32% à Marine Le Pen). Pour faire remonter la cote du président sortant, il n’est pas impossible que les brillants conseillers de l’Elysée aient élaboré une stratégie diabolique : envoyer au feu quelqu’un issu d’un milieu modeste, qui parle vrai et qui saura toucher au coeur l’électorat populaire. Sauf que comme le notait très justement Sophia Aram dans sa chronique du 4 janvier sur France Inter, la Nancéienne a une fâcheuse tendance à confondre populaire et vulgaire. Sans compter que Nadine risque de rapidement gonfler l’ensemble des Français à rabâcher sans relâche et avec une étrange fierté qu’elle a elle aussi grandi dans une cité. « Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part », chantait Brassens…

Hypothèse #3 : Morano fait diversion 

Le bilan du chef de l’Etat étant ce qu’il est (catastrophique), la tentation est grande au palais d’allumer des contre-feux pour éviter toute critique des cinq années de présidence sarkozyste. On imagine le petit Nicolas passer un coup de fil à son ami Rémi Pfimlin, président de France Télévisions nommé par ses soins : « Dis-donc Rémi, j’ai quelques journaleux qui me les brisent à parler de mon bilan, ça te dit pas de faire un Envoyé Spécial sur Morano histoire de détourner un peu l’attention ? Ca leur donnera un os à ronger. » Et Rémi de s’exécuter. Ce qui donnera le 15 décembre 2011 un Envoyé Spécial surréaliste, montrant Nadine Morano prenant l’apéro au bar du coin avec ses amis ou fredonnant du Patricia Kaas dans sa voiture. Une Nadine loin des clichés, simple, au grand coeur. Une Nadine tendresse.

Hypothèse #4 : Morano a des dossiers sur Sarkozy

Certainement l’hypothèse la plus probable. Un soir, vadrouillant dans les couloirs de l’Elysée après une réception un peu trop arrosée, Nadine surprend Nicolas Sarkozy moulé dans une combinaison de cuir en train de se faire fesser par un Xavier Bertrand muni d’une cravache. Très réactive en dépit des dix-huit vodka-pomme qu’elle s’est enfilée alors qu’elle essayait de pécho l’ambassadeur de Moldavie, elle sort son Samsung Galaxy S de fonction et immortalise cette scène de débauche. Ca y est, Nadine tient le président par les couilles, et désormais plus personne ne pourra l’empêcher d’aller poser son flow qui donne la migraine dans tous les studios de l’Hexagone.

Emmène-moi danser ce soir

Libre au lecteur de conserver l’hypothèse qu’il juge la plus crédible, où de les rejeter toutes. Quel que soit le fin mot de l’histoire, chérissons les circonstances qui ont fait de la quiche lorraine un personnage récurrent du PAF. Car quoi qu’on pense de Nadine Morano – et Dieu sait qu’ici on n’en pense pas du bien -, elle nous fait quand même bien marrer.